Obsèques Jeanne Armirail

Avec tristesse, mais, comme chrétiens, avec une grande  espérance, nous nous réunissons maintenant dans cette église. Nous sommes ensemble aujourd’hui en l’honneur et pour célébrer les obsèques d’une jeune mère, Jeanne Armirail.

Elle est née ici en Bigorre, à Bordères sur l’Échez, le 23 janvier 1952. Je pense particulièrement à la peine ressentie par ses proches particulièrement ses sœurs et ses filles.

Elle est venue dans ce monde dans la famille de Jean et Jeanne Armirail une famille nombreuse, avec 5 enfants: Danielle, Michel, Jeanne, Marie-Françoise et Bernadette.

À Tarbes, à Pau et à Toulouse elle étudiât la linguistique, c’est à dire elle aimait la littérature, l’art de la parole. Elle quitte le pays pour arriver à Eckernförde, au nord de l’Allemagne. Dans la famille de Jeanne ont reçu la vie deux filles, Jeanne-Caroline et Laura.

Mes chers amis, ne soyez pas tristes, ne soyons pas tristes, cette personne a fait son chemin et accompli sa destinée. Cet accomplissement nous permet de le savoir en de Bonnes Mains. Marie, la Mère de Dieu, le reçoive près d’elle en paradis. Paix à son âme !

Les obsèques ont été célébrées le vendredi, 31 janvier 2020, dans l’église de Bordères sur l’Échez. 

(Le discours de la part de la famille)

Après avoir passé la scolarité à l’école à Bordères, tu as fréquenté le lycée Marie-Curie à TARBES, puis l’Université de Pau et de Toulouse où tu as fait des études de linguistique. 
             À tes moments de loisirs, tu aimais dessiner, en particulier des portraits. Adolescente, tu voulais entrer à l’École des Beaux-arts à TARBES. Tu étais douée également pour les travaux manuels.
             Tu aimais danser et chanter. Tu avais participé au radio-crochet à Bordères avec ta sœur Danielle vers 16-17 ans. Vous aviez chanté « Dis-moi Céline  » de Hughes Aufray et gagné une bouteille de champagne. Tu as fait partie de la chorale A Cœur joie à Tarbes.
            En 1979, tu es partie au nord de l’Allemagne, où tu as connu ton futur mari, avec qui tu as eu deux filles, Jeanne-Karoline et Laura.
            Un autre passe-temps que tu as appris en Allemagne: jouer aux dés avec Miggy, le mari de ta sœur Marie-Françoise, aussi au Scrabble avec ton mari.
            Le dimanche, ta sœur Marie-Françoise et son mari te rendaient visite et gardaient de temps en temps tes filles Jeanne-Karoline et Laura.
            Tu aimais marcher le long de la plage, près de la Mer Baltique. Cela t’apaisait, surtout à partir de 2010 lorsque tu as perdu ton mari. Un grand bouleversement pour toi et tes filles, dont tu auras de la peine à te remettre.
             Les frimas ne te faisaient pas peur. Tu sortais te promener par tous les temps, à pied ou à vélo.  Une fois à la maison, tu aimais suivre les actualités et ne ratais en été aucune étape du Tour de France à la télé. Toi qui savais faire beaucoup avec si peu, toi qui avais le sens de l’hospitalité, aimais régaler tes invités avec tes fameuses crêpes et autres délices pâtissiers.
              Ta famille, tes amis, tous ceux qui t’ont connue et appréciée… Nous sommes tous là pour te dire adieu et te rendre un dernier hommage.
             Tu pars avant nous, bien trop tôt, bien trop vite… et ta disparition nous rappelle comme une évidence que nous sommes finalement bien peu de chose et qu’il faut profiter de chaque seconde, de chaque minute ici-bas… Ta mémoire sera toujours gravée dans nos cœurs.
              Tu laisses un vide immense derrière toi pour tes filles, Jeanne-Karoline et Laura, tes sœurs, Danielle, Marie-Françoise et Bernadette, et tes amis, dont Christian, et connaissances de France, d’Allemagne et du Danemark.
              Il nous faudra certainement très longtemps avant de réaliser que tu es partie, que nous ne referons plus jamais le monde, que nous n’aurons plus nos discussions interminables, nos petite chamailleries.
           Et aussi que ta sœur cadette Bernadette et toi-même n’iront plus nager ensemble dans la Mer baltique le matin à 7 tandis que les nombreux vacanciers récupéraient de la veille et que vous aviez toute la plage pour vous, juste avec quelques mouettes nageurs aguerris à l’autre Belle Bleue du nord, été comme hiver.
              Nous sommes tous très heureux d’avoir partagé un bout de ton chemin avec toi, ici à Bordères et au nord de l’Allemagne pour tes sœurs, à Pau pour tes copines de l’université et pour Axel, le futur mari de Bernadette, au nord de l’Allemagne pour tes filles Jeanne-Karoline et Laura.

Next Post

Obsèques André-Louis Pascal

lun Mar 2 , 2020
Le psaume dit: Les jours de nos années s’élèvent à soixante-dix ans, Et, pour les plus robustes, à quatre-vingts ans; Aujourd’hui nous entourons une personne qui a reçu de Dieu plus que dit le psalmiste. Ce frère que nous entourons aujourd’hui, André-Louis Pascal, est née le 23 décembre 1927 ici […]